Toute personne qui chauffe sa maison avec un poêle à bois peut rendre sa production de chaleur plus efficace grâce à une stratégie d’allumage, de réchauffage et de ventilation. Pour ce faire, il est utile de savoir par quelles phases de température passe la combustion du bois afin de l’utiliser correctement.

Les 3 phases de la combustion du bois

La combustion du bois est généralement divisée en 3 phases. Au cours de ces phases, la combustion passe par différents processus chimiques et températures. Dans un spectre de température d’environ 100 à 1300 °C, le bois est décomposé et transformé en gaz combustibles jusqu’à ce qu’il reste environ 1% de la substance matérielle d’origine sous forme de cendres. Les 3 phases de combustion sont appelées :

1. Phase de séchage

2. Phase de dégazage

3. la phase d’épuisement

Phase de séchage

Dans la phase de séchage, le bois est séché de manière résiduelle. Le bois de chauffage disponible dans le commerce a normalement une teneur en humidité résiduelle de 15 à 20 % maximum. L’eau encore contenue doit s’évaporer avant que les processus de décomposition de la combustion proprement dite puissent avoir lieu. Cela se produit à environ 100°C.

A lire également :   Enlever les taches sur le teck : ces méthodes fonctionnent !

Pour que cette phase de consommation d’énergie et de fumée soit la plus courte possible, brûlez toujours du bois aussi sec que possible. De cette façon, vous atteindrez plus rapidement les phases d’apport de chaleur.

Phase de dégazage

La phase de dégazage est la phase pendant laquelle un feu de bois dégage le plus de chaleur. Environ 70 % du rendement thermique total est dû au processus de dégazage. Elle se déroule à des températures d’environ 150 à 800°C.

Lorsque toute l’humidité résiduelle s’est échappée des bûches et que la température augmente progressivement jusqu’à 150°C, les structures moléculaires commencent à se décomposer et à se transformer en différentes substances de tous les états d’agrégation. Ce processus est également appelé pyrolyse. A des températures de 160 à 180°C, les composants volatils se transforment en gaz. A partir de 225°C environ, la combustion proprement dite de ces gaz commence et ce n’est qu’à ce moment que la chaleur est libérée. De plus, la combustion devient indépendante de cette température.

Le feu de bois atteint le pic de combustion à 300°C, à 600°C environ 80% de la substance du bois est brûlée. Les flammes elles-mêmes peuvent atteindre des températures allant jusqu’à 1300°C.

Phase d’épuisement

La dernière phase est la phase de combustion, au cours de laquelle il ne reste que les braises pour briller et réagir avec l’oxygène, c’est-à-dire s’oxyder. Cela se produit à environ 800°C, mais des températures encore plus élevées, jusqu’à 1300°C, peuvent régner dans la chambre de combustion. Pendant la phase de combustion, vous ne devez pas trop réduire l’apport d’air afin qu’il ne se forme pas de monoxyde de carbone et que la combustion soit la plus complète possible.

Étiqueté dans :

, ,