Le béton n’est pas seulement un matériau de construction très répandu dans l’industrie et le commerce. Les bricoleurs ont également besoin de béton pour de nombreuses applications. C’est pourquoi le béton est souvent mélangé par les bricoleurs eux-mêmes. Dans ce qui suit, nous n’allons pas seulement expliquer comment mélanger le béton. Nous expliquons également les limites étroites du béton auto-mélangé.

Composition du béton

Le béton est un matériau de construction composite incroyablement polyvalent. Il est composé de ciment (liant), d’eau (pour la prise chimique) et de granulats. En outre, il peut contenir des adjuvants pour béton et des additifs pour béton. Ceux-ci sont destinés à influencer positivement les possibilités de traitement ou à cibler les propriétés du béton. En outre, une distinction est également faite en fonction de la production du béton :

  • Béton auto-mélangé ou mélangé (béton de fortune ou de chantier).
  • béton auto-mélangé ou béton produit sur place dans la centrale (béton de chantier)
  • le béton produit dans une centrale à béton et ensuite livré (béton prêt à l’emploi)
  • béton traité sur place (béton in situ)
  • les éléments en béton produits en usine puis livrés (éléments en béton préfabriqué)
  • Différenciation des types de béton de base

    Alors que le béton de chantier peut être du béton de fortune ou tout autre type de béton de classes de qualité supérieure, le béton de fortune est exclusivement du béton de classes de résistance à la compression inférieures. Par conséquent, ce béton ne peut pas être utilisé pour des éléments porteurs ou comme béton précontraint avec des exigences statiques correspondantes. Bien que les bricoleurs puissent également produire du béton de haute qualité, la règle est le béton de fortune simple. Elle est produite pour différentes applications :

    A lire également :   Qu'est-ce que la corrosion à haute température ?

  • Sols en chape
  • Fondations en béton (pt. fondations en bandes et dalles)
  • Couler du béton dans des coffrages (par exemple, des dalles de marches ou de chemins, des figures et des bordures en béton).
  • Béton pour les bordures de pelouse
  • Réparation et restauration du béton (mortier de restauration ou béton de restauration)
  • Les possibilités sont bien sûr beaucoup plus étendues, de sorte qu’il existe également de nombreux bétons qui portent le nom de leur application (par exemple le béton bitumineux ou le béton autonettoyant). Cependant, il est déjà clair ici que le béton de fortune est en fait suffisant pour la plupart des applications de bricolage. Alors que pour un béton de haute qualité, les différents ingrédients doivent être mesurés avec précision à trois pour cent près, pour le béton de fortune, il est également possible de mesurer à « l’œil ».

    Le rapport eau/ciment est également extrêmement important pour le béton de fortune.

    Toutefois, vous ne devez pas commettre l’erreur la plus classique de toutes, à savoir influencer la consistance du béton avec trop d’eau. Cela entraîne, entre autres, un saignement accru du béton, mais les fissures de contrainte apparaissent également très rapidement. En outre, le béton est plus susceptible de se séparer. En revanche, vous devez également respecter les règles relatives au rapport eau/ciment (rapport E/C) dans une certaine mesure pour le béton de fortune.

    Jamais plus d’eau que le ciment ne peut en contenir

    La question est de savoir quelle quantité d’eau peut être liée par le ciment. Physiquement, le ciment peut lier environ 15 % et chimiquement environ 25 % de l’eau (mais cela dépend aussi du ciment utilisé). Un excès d’eau de gâchage entraîne une augmentation du saignement, avec toutes ses conséquences négatives, tandis qu’un manque d’eau aggrave la résistance à la compression. La consistance doit donc être déterminée exclusivement par le granulat, c’est-à-dire plus ou moins de sable ou de gravier.

    A lire également :   Le prix d'une pompe à béton à louer et à acheter

    Valeurs de remplissage en fonction de la valeur w/c

    Au contraire, même en mélangeant le béton à la main, vous devriez arriver à une valeur z/w d’environ 0,40, c’est-à-dire 40 % d’eau par rapport au ciment. En outre, il faut tenir compte de la quantité d’eau absorbée par le sable, qui dépend à son tour de l’humidité donnée, mais aussi des rapports quantitatifs des différentes granulométries. Pour chaque 10 kg de ciment, il faut environ 4 litres d’eau, soit 10 l d’eau pour un sac de ciment de 25 kg. Si vous mélangez vous-même le béton, vous pouvez également procéder différemment :

  • manuellement sur un tas au sol
  • à la main ou à l’aide d’un fou fouet dans un mor mor mor mor mor mor mor (8,29 € sur Amazon*) cuve
  • avec un fouet dans un seau à mortier (petites quantités de béton)
  • avec une machine à béton conventionnelle (malaxeur à tambour)
  • avec un mélangeur obligatoire
  • Pour un aperçu détaillé du mélange du béton à la main ou à la machine, ainsi que du béton prêt à l’emploi, suivez le lien.

    Mélange du béton et mélange avec des machines à mélanger ou des fouets

    En raison des mauvaises propriétés de mélange, ne procédez pas de la manière habituelle avec un mélangeur à tambour. Vous pouvez également vous faciliter le travail avec un fouet sur la perceuse (69,58 € chez Amazon*) si vous ne suivez pas la procédure habituelle. Cela se passe comme suit : d’abord, on mélange bien le granulat et le ciment, puis on ajoute l’eau.

    A lire également :   Pas si simple : fendre du bois de pin

    À l’aide d’un fouet ou d’un tambour mélangeur, versez d’abord les 2/3 de l’eau de gâchage, puis les granulats et enfin le ciment. Le mélange est maintenant mélangé pendant trois à quatre minutes. Avec le mélangeur obligatoire, le mélange prend environ une minute de plus. La consistance du ciment est ensuite ajustée par le biais de l’agrégat dans tous les cas.

    En principe, chacun mélange le béton en fonction de son expérience personnelle. Dans les écoles professionnelles, on explique toujours qu’il faut d’abord mélanger l’eau de gâchage avec le ciment pour obtenir une pâte de ciment homogène. Alors l’agrégat suit. Dans la pratique, cependant, le ciment et le sable sont souvent mélangés en premier, ou (dans le cas des mélangeurs à tambour) l’eau puis le granulat sont mélangés avant le ciment pour éviter l’agglomération. Dans le cas des mélangeurs à tambour, le ciment et les agrégats collent aux parois du tambour si le mélange a déjà eu lieu et que le mélangeur est encore humide. D’ailleurs, le béton provenant de mélangeurs à tambour est l’un des bétons de mauvaise qualité.

    Étiqueté dans :

    , ,