Le chauffage au bois est une question d’écologie et, par rapport aux combustibles fossiles, de rentabilité. Cependant, tous les chauffages au bois ne sont pas identiques : cet article présente les différentes manières de se chauffer au bois ainsi que les avantages et les inconvénients de chacune.

Matière première : bois

Le bois est une ressource renouvelable qui est généralement disponible à faible coût. En raison de la grande disponibilité du bois, les augmentations de prix sont également assez peu probables, ce qui fait du chauffage au bois une chose assez facile à planifier.

Le chauffage au bois est également pratiquement neutre sur le plan climatique, car il s’agit d’un cycle fermé de dioxyde de carbone. Cependant, la forme sous laquelle le bois est brûlé peut varier.

Poêle classique

Le poêle à bois est une forme de chauffage au bois très peu coûteuse, mais pas très pratique pour les pièces individuelles. Aujourd’hui, il n’est pratiquement plus utilisé que comme chauffage d’appoint, avec un facteur de bien-être et de décoration élevé.

Du bois de haute qualité est nécessaire pour le poêle, de préférence du bois de hêtre. Un bois trop tendre brûle trop rapidement et dégage trop peu de chaleur.

A lire également :   Une rénovation de la cheminée s'impose : quels sont les coûts ?

Une option intéressante sont les poêles classiques Bullerjan, qui peuvent également être équipés d’une poche à eau, et peuvent donc également servir de chauffe-eau en hiver. Plusieurs pièces peuvent être chauffées à l’eau chaude par des tuyaux, et un mini système de chauffage central est créé pour les petites surfaces.

Poêle en faïence

Les poêles en faïence se caractérisent avant tout par leur capacité à stocker la chaleur. Avec des poêles en faïence de qualité et bien conçus, vous pouvez souvent disposer d’une chaleur résiduelle suffisante deux jours après le chauffage. Cependant, le coût de construction d’un poêle en faïence de haute qualité est extrêmement élevé, c’est pourquoi ils ne sont utilisés que par les passionnés pour le chauffage des petites maisons.

Dans certains cas, ils peuvent même s’étendre sur plus d’un étage, tout en alimentant des surfaces relativement importantes en chaleur rayonnante (similaire au chauffage infrarouge).

Chaudières à granulés et systèmes de chauffage à copeaux de bois

Les pellets sont des déchets de bois compressés ayant une densité très élevée. Cela apporte une densité énergétique et une efficacité très élevées à un système de chauffage aux granulés, tout en assurant une très faible production de cendres.

Les chaudières à bûches peuvent également être adaptées au cas par cas pour fonctionner avec des pellets, mais cette option n’est pas toujours une solution idéale.

A lire également :   Coûts du chauffage par le sol

Un espace de stockage approprié doit être disponible pour les granulés, et un système d’alimentation automatique doit également être installé dans le poêle. Pour cela, les chauffages à granulés n’ont pas besoin d’être rechargés et le poêle peut également fonctionner automatiquement.

L’inconvénient des pellets est qu’il s’agit d’un produit fabriqué industriellement et qu’il est donc soumis aux fluctuations du marché et des prix.

Les copeaux de bois sont l’alternative la moins chère ici. Ils sont produits à partir de déchets de bois avec très peu d’efforts, sont généralement moins chers et leur prix est plus stable, mais ils produisent également plus de cendres que les pellets.

Gazéificateur de bois

Les gazéificateurs de bois sont des chaudières à bûches dans lesquelles le bois et le gaz de bois qui en résulte sont brûlés séparément. Il en résulte un rendement supérieur de 50 % à celui d’une chaudière à bûches normale, mais les gazéificateurs à bois sont plus chers à l’achat.

A lire également :   Rallonger une tringle à rideaux au milieu ou sur le côté

Étiqueté dans :

, ,