Le bois est un matériau naturel chaud qui se travaille merveilleusement bien : Ce n’est pas pour rien que les hommes ont commencé très tôt à en faire des objets utilitaires et décoratifs. Certaines techniques de travail se sont cristallisées et sont toujours utilisées aujourd’hui. Venez avec nous jeter un coup d’œil dans l’atelier de menuiserie pour voir les mains travailleuses à l’œuvre.

Les principales techniques de travail dans l’atelier de bois

Quiconque souhaite travailler le bois devrait d’abord apprendre les principales techniques de base nécessaires à cet effet. Ce n’est qu’ainsi que l’on obtient des pièces propres, préparées dans les règles de l’art. Voici les techniques de base pour travailler le bois :

Traçage

Lors du mesurage d’un élément en bois, il est généralement nécessaire de tracer des lignes de mesure qui serviront d’orientation lors de la découpe et d’autres travaux ultérieurs. Pour pouvoir tracer des parallèles et des angles exacts, l’artisan utilise un mètre à étaler ou une équerre de butée.

Le traçage lui-même s’effectue à l’aide d’une pointe à tracer spéciale, d’un couteau ou simplement d’un crayon pointu. La ligne de mesure tracée doit être bien reconnaissable.

A lire également :   Le salpêtre de la cave est-il réellement dangereux pour la santé ?

Scier

La découpe du bois s’effectue normalement à l’aide d’une scie. Différentes scies électriques, mais aussi des scies à queue de renard et des scies à cadre manuelles sont utilisées à cet effet. Pour obtenir des coupes nettes, il est nécessaire de guider la scie de manière calme et régulière en n’exerçant qu’une faible pression.

Perçage

Les perceuses manuelles habituelles doivent être équipées de forets de 1 à 13 mm, il existe notamment des forets à serpentin, des forets hélicoïdaux et des forets centraux. Pour fixer le trou de forage à une profondeur fixe, l’artisan utilise des régleurs de profondeur. Un ruban isolant collé autour du foret remplit la même fonction.

Clouage

Dans les temps anciens déjà, les bois étaient souvent assemblés avec des clous, c’est rapide et ça tient. Dans le bois de bout, on enfonce le clou en biais, les têtes de clou sont enfoncées avec la pointe à chanfreiner. Les vis à bois demi-rond peuvent dépasser de la tête.

Vis

Les pièces vissées peuvent être détachées les unes des autres avec peu d’efforts, mais il s’agit tout de même d’un assemblage extrêmement durable. Il est possible de visser à la main ou à l’aide d’une visseuse sans fil, le tournevis à lame plate facilitant le travail manuel.

A lire également :   Peindre des planches en lamellé-collé : quand et comment les peindre ?

Encollage

Le collage du bois est une tradition, les assemblages de bois artistiques issus de l’ancienne tradition de la menuiserie ont toujours été collés. Pour stabiliser le bois, les artisans insèrent des chevilles en bois qui ne sont plus visibles après le collage. Dans le cas de panneaux de bois minces, un collage d’un seul côté peut entraîner des courbures.

Ponçage

Le ponçage des surfaces sert à la fois à l’élimination des couches et à un lissage soigneux. Les limes et les râpes sont disponibles pour les travaux grossiers, tandis que le papier abrasif est disponible dans de nombreux grains différents.

Rabotage

Un rabot doit être régulièrement affûté et ciré, de sorte qu’il assure toujours des surfaces correctement rectifiées et lisses. L’artisan commence le rabotage par le point le plus haut et travaille ainsi progressivement sur toute la surface.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron ! Si vous souhaitez travailler le bois, prenez le temps de réaliser quelques échantillons.

A lire également :   Rehausser la fondation

Étiqueté dans :

, ,