Le béton est probablement le matériau de construction le plus utilisé de nos jours. Même si le béton semble toujours se ressembler, il existe des différences importantes. Ces caractéristiques se manifestent également dans le séchage du béton. Même si le temps de séchage du béton est une priorité pour vous, vous devez tout de même connaître les processus impliqués.

Le temps de séchage du béton est quelque peu trompeur.

Le processus lui-même est très simple : le ciment est mélangé à du sable, du gravier et de l’eau, la masse grise, le béton, est transformée. Ensuite, le béton doit sécher. Toutefois, ce « temps de séchage » doit être compris de manière plutôt familière. Cela est dû au fait que l’eau absorbée par le béton ne s’évapore pas, ou pas complètement. Jusqu’à un certain point, elle peut même ne pas s’évaporer. Plusieurs facteurs interviennent ici, qui ont également un effet sur les propriétés immédiates du béton.

Pâte de ciment : Ciment qui prend avec l’eau pour former une pâte de ciment.

Pour cela, il est toutefois important de comprendre ce qui se passe réellement pendant la production du béton. Le sable et le gravier y sont d’abord d’importance secondaire. Ces matériaux servent plutôt de matériau de remplissage, ce qui permet de limiter le besoin en ciment et de réduire les coûts. L’accent est plutôt mis sur ce que l’on appelle la pâte de ciment, qui est créée lorsque le ciment et l’eau sont mélangés. Cette eau est absorbée différemment par le ciment :

A lire également :   Réparer le béton lavé - Comment y parvenir
  • physique
  • produit chimique
  • La valeur eau-ciment

    Le rapport d’une quantité définie d’eau pour une quantité également définie de ciment est appelé le rapport eau-ciment (également rapport w/c, w/c pour coefficient ciment-eau ou w/c pour rapport eau-liant). Le ciment peut se lier à l’eau à hauteur de 40 % de son volume. Dans un ciment moyen, la proportion d’eau liée physiquement est de 15 pour cent, et la proportion liée chimiquement est de 25 pour cent, soit un total de 40 pour cent. Sur la base de cette saturation absolue, celle-ci serait de 0,40 exprimée en valeur c/w.

    L’eau doit rester liée

    Les 25 % qui sont absorbés chimiquement ne sèchent pas. Au contraire, avec l’aide de l’eau, le ciment se transforme en de nombreux pics cristallins qui se développent les uns dans les autres et permettent ainsi la résistance du béton. En principe, le sable et le gravier de remplissage sont seulement recouverts par le mélange eau-ciment qui fait prise. L’eau physiquement liée à cette valeur reste liée. Cependant, dans le même temps, cette eau physiquement liée au ciment influence également la résistance à la compression.

    Excès d’eau – formation de capillaires et saignement du béton

    Si l’on ajoute encore plus d’eau, par exemple pour rendre le béton plus fluide, l’excès d’eau ne peut être lié. Alors que le ciment prend avec un maximum d’eau, cette eau reste littéralement et est déplacée en permanence par la formation de cristaux dans le ciment – il se crée des pores dits capillaires qui imprègnent toute la partie en béton. Ces pores n’ont pas seulement un effet sur la résistance à la compression, ils peuvent aussi absorber de l’eau ultérieurement, ce qui augmente le pouvoir absorbant.

    L’absorption est une réduction de la qualité

    Il s’agit d’une propriété absolument indésirable, en particulier dans le cas des bétons à haute performance ayant une résistance à la compression très élevée. Dans les zones extérieures, le béton absorbera régulièrement de l’eau, en fonction des conditions météorologiques. En hiver, lorsqu’il y a du gel, l’eau passe à l’état solide, se dilate et fissure le béton. Si l’on ajoute encore plus d’eau, le béton saigne et les pores deviennent encore plus massifs. Pour obtenir une résistance à la compression aussi élevée que possible, le rapport E/C doit donc être inférieur à 0,40, sur la base de la capacité maximale de fixation de l’eau (40 % dans l’exemple donné). Dans le cas de ce ciment, il serait compris entre 0,25 et 0,40.

    A lire également :   La peinture au silicate tient-elle aussi sur le béton ?

    Processus pendant le temps de séchage en fonction du mélange de béton

    Le béton n’a pas de temps de séchage au sens propre du terme. Néanmoins, les propriétés suivantes peuvent apparaître à partir du moment de la transformation :

  • Le ciment prend avec l’eau
  • L’excès d’eau forme des pores capillaires
  • le béton saigne
  • La période décisive : l’obtention de la résistance à la compression souhaitée

    En fait, le facteur décisif pour le béton est finalement le moment où le matériau de construction atteint la résistance à la compression souhaitée. A proprement parler, la cristallisation prend des mois. Mais bien sûr, personne ne peut attendre aussi longtemps. Ainsi, en France également, une valeur de référence est fixée et doit être respectée pour répondre aux exigences de la résistance à la compression souhaitée. Selon la norme NF 1164, le béton est supposé avoir atteint la résistance souhaitée.

    Le temps de durcissement est meilleur que le temps de séchage

    Ainsi, le temps de séchage peut être mieux défini comme le temps de durcissement. En fait, le DIN mentionné suppose également un tel temps de durcissement. Cependant, 28 jours est également une durée très longue et il faut parfois effectuer des travaux pour lesquels ce temps de durcissement assez long ne peut être pris en compte. Mais d’abord, le béton est divisé en trois étapes différentes :

  • Béton frais (béton dressé, pas encore pris)
  • Béton jeune ou vert (béton pas encore complètement durci)
  • Béton durci (béton déjà entièrement polymérisé)
  • A ne pas sous-estimer – le durcissement du béton

    Cependant, le stade du béton vert ou jeune est très long, soit 28 jours. Pendant ce temps, le béton change constamment de consistance. Un gros problème, cependant, se pose avec la météo. S’il fait trop chaud, l’eau contenue dans le béton s’évapore. Même l’eau physiquement liée serait maintenant extraite du béton. En hiver, par contre, l’eau qui n’est pas encore complètement liée peut geler et se dilater.

    A lire également :   Ce que vous pouvez faire contre les insectes dans la cave

    Finition possible en fonction des conditions météorologiques

    Dans les deux cas, le jeune béton serait endommagé de façon permanente. Ainsi, ce qu’on appelle la « cure du béton » intervient pendant la période de maturation. S’il fait trop froid, le béton doit être maintenu chaud (plus 10 degrés Celsius serait optimal). En été, en revanche, il faut ajouter de l’eau au béton de cure pour compenser le liquide évaporé.

    Séchage pendant une semaine ou plus

    Ce processus doit durer au moins quelques jours à une semaine, mais une durée plus longue est également recommandée. Toutefois, la quantité d’eau ajoutée doit être dosée avec précision, car après tout, le béton ne doit pas être délavé. En surface, c’est-à-dire sur la couche supérieure du béton, seul un film de ciment très fin doit se former. Parler d’un temps de séchage en ce qui concerne le durcissement du béton prêterait donc à confusion. Par conséquent, le terme familier de temps de séchage du béton paraphrase le durcissement.

    Selon le projet, les bricoleurs, en particulier, peuvent ne pas être en mesure d’attendre 28 jours. Selon l’épaisseur de la couche de béton et l’utilisation d’un ciment à prise rapide ou conventionnelle, la plupart des bétons devraient pouvoir être piétinés avec précaution au moins le lendemain. Néanmoins, à ce stade, le béton est encore loin de la résistance à la compression souhaitée.

    Étiqueté dans :

    , ,