La température à laquelle vous devez régler votre système de chauffage et votre chauffe-eau n’est pas seulement une question de sensation personnelle de chaleur. Il faut également régler correctement la température pour le bon fonctionnement technique du système et pour sa propre santé.

L’interaction de la température du chauffage et de l’eau chaude

L’interaction entre la température de l’eau de chauffage et celle de l’eau potable dépend bien sûr toujours du type de traitement thermique du bâtiment. Après tout, il y a plusieurs méthodes différentes ici. Cependant, il est souvent judicieux d’utiliser une seule source de chauffage pour les deux, c’est-à-dire pour le chauffage des locaux et l’eau chaude sanitaire. Traditionnellement, un réservoir pour l’eau potable chaude est relié à la chaudière du système de chauffage central par une pompe de charge à accumulation. De cette façon, l’eau chaude sanitaire peut également être utilisée pour chauffer l’eau potable.

Cette méthode, qui est principalement utilisée dans les maisons individuelles, nécessite une coordination précise entre les températures du chauffage et de l’eau chaude. Et ce, pour les raisons suivantes :

  • La communication entre le chauffage et le stockage dépend fortement du point de consigne et de la température réelle respectifs.
    A lire également :   Construisez votre propre cache-cheminée
  • L’eau de chauffage doit pouvoir chauffer suffisamment l’eau potable
  • Il faut une température suffisante dans le réservoir de stockage pour éviter la prolifération des légionelles.
  • Régulation cohérente des deux températures

    Pour assurer le bon fonctionnement de la pompe et éviter les fluctuations de température, il est essentiel que le réglage de la température de consigne de la chaudière et du réservoir d’eau chaude soit correctement coordonné.

    Tout d’abord, la température du réservoir d’eau chaude doit toujours être réglée au moins 10°C plus bas que la température de départ de la chaudière. En effet, il est généralement commuté en mode prioritaire, c’est-à-dire qu’après une phase de chauffage du ballon d’eau chaude, il repasse toujours en mode chauffage lorsque la température de consigne du ballon est atteinte. Si la température de départ de la chaudière est trop basse, la pompe de charge du ballon risque de pomper en vain et les radiateurs resteront froids.

    En outre, la température de consigne de l’eau chaude doit bien entendu pouvoir être produite par le système de chauffage. C’est une autre raison pour laquelle la température de départ de la chaudière doit être supérieure à la température de consigne du ballon d’eau chaude.

    Température minimale contre les légionelles

    Outre l’équilibre de réglage proportionnel de la température de la chaudière et du ballon d’eau chaude, l’aspect hygiénique ou sanitaire joue également un rôle dans la température de l’eau chaude sanitaire. Les bactéries Legionella, qui peuvent potentiellement déclencher la maladie pulmonaire de la légionellose si elles sont présentes en grand nombre, se multiplient de manière optimale dans un réservoir d’eau stagnante dont la température est comprise entre 30 et 45°C. Une température d’au moins 55°C est nécessaire pour éviter la multiplication.

    Étiqueté dans :

    , ,