Les balcons sont constitués de plusieurs éléments. La plus importante est sans doute la dalle du balcon. Hormis les balcons en bois ou en métal, on pense souvent que la sous-structure du balcon est une simple dalle de béton. Contrairement à cette opinion, la construction est toutefois complexe et exigeante. Nous expliquons ci-dessous la structure de l’ossature du balcon.

Les matériaux de construction pour les balcons

Il existe de nombreux types de balcons. Ceux-ci vont de la loggia à la soucoupe. Mais les matériaux utilisés pour la construction des balcons sont également très variés :

  • Bois
  • Métal
  • Béton et maçonnerie
  • Verre
  • Matières plastiques
  • Sous-structures de plancher en bois et en métal

    Pour la dalle de sol, seuls quelques matériaux entrent toutefois en ligne de compte en raison des contraintes statiques : le bois, les matériaux de construction en bois, le métal et bien sûr le béton.

    Dans le cas d’une sous-construction de balcon en bois, un cadre porteur est érigé. Celle-ci est ensuite dotée d’un plancher. La plupart du temps, il s’agit également de bois ou de matériaux dérivés du bois. Toutefois, si l’ossature est en métal, différents types de planchers peuvent être envisagés.

    A lire également :   Couper un balcon

    Béton comme sous-construction de balcon

    Pour les dalles en béton, la sous-construction du balcon est toutefois réalisée sous forme de dalle composite. Après le béton vient une couche de séparation, sur cette couche de séparation vient la chape du balcon.

    La sous-construction dépend de la réalisation technique

    Cependant, toutes les sous-constructions de sol ne peuvent pas être utilisées de la même manière. Leur utilisation dépend également de l’exécution technique d’un balcon. Hormis les formes spéciales comme la loggia, on peut distinguer les constructions techniques suivantes :

  • le balcon en porte-à-faux (dalle de balcon en saillie par rapport à la façade)
  • le balcon en saillie
  • le balcon en saillie
  • Balcon en annexe et en saillie

    Le balcon rapporté et le balcon en saillie n’ont pas de lien direct avec le bâtiment proprement dit. C’est pourquoi ces modèles conviennent également pour équiper un balcon ultérieurement. Mais ces techniques de balcon sont également de plus en plus utilisées dans les nouvelles constructions, car elles ne sont justement pas directement liées à la structure du bâtiment.

    Ces constructions permettent également de satisfaire plus facilement au décret loi française.

    Le balcon rapporté repose sur des poteaux sur les côtés extérieurs et est simplement ancré à la façade sur le côté intérieur de la façade. Le balcon en saillie repose entièrement sur des poteaux périphériques et n’est que partiellement fixé à la façade. Cela a un effet positif sur l’isolation de la façade. Il convient de noter qu’avec le renforcement de l’ordonnance sur les économies d’énergie loi française de ces dernières années, ces deux modèles ont pris de plus en plus d’importance.

    A lire également :   Décapage de la peinture sur des murs en maçonnerie ou en béton

    Le balcon en porte-à-faux

    En effet, le balcon en porte-à-faux est d’une part solidaire de la structure porteuse du bâtiment. On peut quasiment dire que la base du balcon et les dalles en béton d’un bâtiment sont d’un seul tenant. Ainsi, le balcon en porte-à-faux avec une dalle en béton représente un pont thermique considérable, qui peut avoir un effet extrêmement négatif sur les exigences de la loi française.

    Influences négatives externes

    D’autre part, c’est aussi en partie la raison de la structure exigeante de l’ossature du balcon, déjà mentionnée au début. Il faut en effet essayer d’isoler ce pont thermique le plus efficacement possible. Mais en même temps, le balcon est exposé à toutes les conditions météorologiques et à toutes les températures. Cela signifie que des effets thermiques peuvent être constatés, mais aussi que l’humidité et le mouillage influencent la longévité.

    Les dalles de béton deviennent une ossature composite

    Grâce à la couche de séparation entre le béton et la chape, les deux parties sont découplées l’une de l’autre. Ainsi, la chape peut glisser sur la dalle de béton sous l’effet de la chaleur. En même temps, il faut prévoir une pente pour que l’ensemble de la sous-construction du balcon soit drainée de manière fiable. Car l’eau qui s’infiltre dans la chape endommagerait aussi durablement un balcon.

    A lire également :   La fondation empiète sur le terrain du voisin - que faire ?

    De nombreuses raisons s’opposent à l’embase de balcon en béton

    Rénover le balcon ne suffirait alors plus. Au lieu de cela, la seule option serait une rénovation complète et coûteuse. Outre les raisons statiques, les coûts de base des balcons et les différents degrés de difficulté lors de la construction, c’est l’une des raisons pour lesquelles on préfère aujourd’hui les balcons rapportés ou en saillie.

    sur EchhO.org, vous trouverez de nombreux autres guides et instructions sur les balcons et autres thèmes liés à la construction de maisons. Nous proposons également de nombreuses informations juridiques. Par exemple, sur la fumée sur le balcon ou le barbecue sur le balcon.

    Étiqueté dans :

    , ,