L’isolation intérieure des murs extérieurs est toujours utilisée lorsque l’isolation extérieure de la façade ne peut être réalisée. Du point de vue de la physique du bâtiment, elle n’est pas considérée comme la solution optimale. Toutefois, la tendance à utiliser des matériaux de construction naturels et des solutions d’isolation ouvertes à la diffusion rend possible une isolation thermique efficace et économique dans ce domaine d’application également.

Le terme d’isolation intérieure recouvre, du moins en théorie, tous les types d’isolation qui sont réalisés à l’intérieur du bâtiment. L’isolation de la toiture sous forme d’isolation sous ou entre chevrons, l’isolation du sol ou l’isolation thermique des cloisons sont donc également une forme d’isolation intérieure. Dans la pratique, cependant, il s’agit presque toujours de l’isolation de la façade intérieure, c’est-à-dire de l’isolation intérieure des murs extérieurs. Les solutions d’isolation correspondantes sont toujours importantes lorsqu’il n’est pas possible d’isoler l’extérieur de la façade.

Quand l’isolation intérieure des murs extérieurs est-elle effectuée ?

Dans les bâtiments neufs, l’isolation intérieure des murs extérieurs ne joue pratiquement aucun rôle. L’isolation de la façade des maisons neuves est toujours réalisée en tant qu’isolation extérieure pour des raisons économiques et énergétiques. Un système d’isolation thermique composite (ETICS) est le plus souvent utilisé à cette fin. Ces systèmes sont aussi généralement le premier choix pour les rénovations à haut rendement énergétique. Dans les bâtiments anciens dotés d’une façade à double peau, une isolation du noyau particulièrement rentable peut être utilisée comme alternative.

L’isolation interne des murs extérieurs est principalement envisagée pour les bâtiments classés où les façades extérieures ne peuvent être modifiées. D’autres domaines d’application sont les rénovations de bâtiments anciens prévues de manière particulièrement économique ainsi que les rénovations partielles où, par exemple, seuls quelques appartements doivent recevoir une isolation thermique.

L’isolation intérieure des murs extérieurs peut être réalisée à l’aide de panneaux isolants, de matelas isolants ou de matériaux de construction composites. Les systèmes de plâtre intérieur ouverts à la diffusion constituent une solution d’isolation très moderne. Ils combinent une isolation thermique efficace avec une régulation optimisée de l’humidité de la couche isolante et du tissu du bâtiment.

La structure de l’isolation intérieure

La structure d’une isolation intérieure est similaire – en ordre inverse – à celle d’une façade de maison isolée par l’extérieur. Il comprend les éléments suivants :

A lire également :   Réduire les coûts énergétiques - trouver les énergivores

 

  • Structure de soutien
  • Isolation
  • Pare-vapeur ou pare-vapeur : si la conception l’exige.
  • Revêtement intérieur.

 

Panneaux d’isolation, panneaux composites, systèmes de plâtres intérieurs

Pour l’isolation intérieure des murs extérieurs, on utilise généralement des matériaux isolants sous forme de panneaux ou de matelas isolants. Une variante possible est celle des panneaux composites, qui se composent du matériau isolant et d’un panneau de recouvrement de cloison sèche. Les éléments d’isolation peuvent être collés ou chevillés à l’intérieur du mur extérieur. Les systèmes d’enduits intérieurs, proposés par différents fabricants de matériaux de construction, constituent une alternative aux plaques individuelles. Ici, le plâtre intérieur a déjà été appliqué sur les panneaux d’isolation, et les panneaux sont généralement collés au mur extérieur.

Pare-vapeur/couche anti-vapeur, revêtement intérieur, peinture

Si nécessaire, un pare-vapeur ou un retardateur de vapeur est inséré au-dessus de la couche d’isolation pour empêcher la diffusion de la vapeur d’eau dans l’isolation ainsi que dans le mur extérieur. Le revêtement intérieur peut être réalisé à l’aide d’OSB ou de plaques de plâtre. La finition est le papier peint ou la peinture.

Systèmes de plâtre modernes pour l’intérieur – ouverts à la diffusion et régulant l’humidité

Les systèmes de plâtre intérieurs – par exemple, à base de plâtre de chaux – ne nécessitent pas de pare-vapeur ou de retardateur de vapeur. Ils sont ouverts à la diffusion et très capables d’absorber l’humidité et de la restituer lorsqu’ils sont ventilés. Par rapport aux enduits d’argile classiques, ils sont capables d’absorber environ 50 % d’humidité en plus. Avec ce système, la peinture est appliquée avec des peintures à la chaux ou au silicate. Le plâtre est résistant à l’eau et à l’abrasion, et un retraitement ultérieur est possible sans problème.

Coûts de l’isolation intérieure

L’investissement pour l’isolation intérieure des murs extérieurs est assez flexible, avec des prix au m2 allant de 40 à 150 euros. Les coûts des systèmes de plâtres intérieurs se situent généralement dans la partie supérieure de cette fourchette, mais ils s’amortissent assez rapidement grâce aux économies d’énergie réalisées grâce à l’isolation thermique. D’une manière générale, l’isolation intérieure est plus économique que l’isolation extérieure des façades, car elle ne nécessite pas de travaux de préparation et d’installation coûteux.

Possibilités de financement public

Il existe également des possibilités de financement public pour l’isolation intérieure par le biais d’un prêt à faible taux d’intérêt ou d’une subvention à la construction de la KfW. Les conditions préalables à l’obtention de la subvention sont la demande avant le début des travaux de construction et l’avis d’un conseiller professionnel en énergie, qui s’occupe généralement aussi de toute la procédure de demande.  Les exigences minimales de la loi française prévoient un coefficient de transfert thermique (valeur U) d’au moins 0,24 W/(m²K) pour presque tous les types d’isolation. L’isolation intérieure des murs extérieurs ne peut actuellement pas dépasser la valeur de 0,35 W/(m²K).

Avantages de l’isolation intérieure des murs extérieurs

 

  • Aucune modification de la façade
  • Indépendance saisonnière : les travaux de construction peuvent être réalisés en toute saison.
  • Amélioration du climat de vie
  • Réchauffement rapide de l’intérieur
  • Économie
A lire également :   Comment mesurer l'épaisseur du mur pour l'huisserie ?

 

Inconvénients de l’isolation intérieure

 

  • Réduction de l’espace de vie
  • Coûts de planification relativement élevés
  • Modification du stockage de la chaleur : le mur massif ne sert plus de stockage de la chaleur, car il est situé à l’extérieur des pièces isolées par l’intérieur.
  • Risque de déplacement du point de rosée dans la couche d’isolation ou le tissu du bâtiment.

 

 

  • Risque accru de corrosion et de gel pour les tuyaux posés dans le mur.

 

Problèmes de physique du bâtiment : danger des ponts thermiques et de l’eau de condensation

L’un des principaux problèmes de physique du bâtiment que pose l’isolation intérieure des murs extérieurs est que les ponts thermiques ne peuvent être éliminés par cette solution d’isolation. Les ponts thermiques sont des zones sur les murs ou les plafonds qui ont une résistance thermique nettement inférieure à celle des zones voisines. D’une part, la chaleur s’échappe de ces zones, et d’autre part, elles peuvent devenir le point de départ de taches d’humidité et du développement de moisissures.

Risque de dommages dus à la condensation en raison de la construction des murs

Une autre faiblesse de l’isolation intérieure est qu’elle exclut le chauffage de la façade extérieure du côté de la pièce. Par conséquent, des températures très basses peuvent régner sur leurs faces internes. Dans certaines conditions – températures de surface inférieures à 10 °C et humidité relative supérieure à 50 % – de la condensation peut se former entre la couche d’isolation et le mur extérieur et entraîner des dommages à la façade. Pendant la saison chaude, la diffusion dite inverse peut provoquer des dommages dus à la condensation : Si l’air extérieur chaud et humide contient beaucoup plus de vapeur d’eau que l’air plus frais des pièces intérieures, l’humidité se diffuse vers l’intérieur et s’y condense avec le même effet sur les couches plus froides de la façade.

La solution : une isolation intérieure ouverte à la diffusion et à la capillarité

Une partie des problèmes liés au climat intérieur et au tissu du bâtiment qui résultent de l’isolation intérieure des murs extérieurs ont leur origine dans la construction la plus étanche à l’air et à la vapeur possible d’une telle solution d’isolation. L’accent mis sur l’EPS/Styrofoam en tant que matériau d’isolation « optimal » – efficace et également rentable – y a également contribué. Aujourd’hui, les experts du bâtiment partent du principe qu’un pare-vapeur absolu ne peut être atteint et qu’il est même plutôt contre-productif. L’alternative est de stocker et de sécher la condensation sous une forme qui n’est pas nuisible au tissu du bâtiment. Les matériaux de construction et d’isolation ouverts à la diffusion et à la capillarité distribuent l’humidité et la conduisent à la surface de la couche d’isolation, où elle peut finalement sécher. La capillarité de l’isolation joue ici un rôle, mais aussi celle du mur extérieur. Par exemple, les enduits de ciment ou les peintures imperméables à l’eau ne doivent pas créer de couches barrières imperméables à l’eau à l’intérieur de la construction murale. Dans ce contexte, les pare-vapeur ne sont en aucun cas identiques aux pare-vapeur, car ils peuvent amortir ou optimiser l’activité capillaire, mais ne garantissent pas l’étanchéité à l’air et à la vapeur de l’isolation intérieure.

A lire également :   L'isolation des cheminées - est-elle judicieuse ?

Matériaux d’isolation pour l’isolation intérieure

La tendance des matériaux d’isolation pour l’isolation intérieure est aux matériaux à diffusion ouverte et à capillarité active, capables de prendre en charge de manière autonome la régulation de l’humidité de la façade. Les panneaux de silicate de calcium occupent ici une position exposée : Les panneaux d’isolation minéraux sont collés sur toute la surface du mur intérieur et, grâce à leurs propriétés matérielles, sont capables d’assécher les murs humides dans un délai prévisible. Ils sont donc prédestinés comme matériau isolant pour la rénovation des bâtiments anciens ainsi que pour l’isolation intérieure des murs extérieurs. Les panneaux de mousse minérale en verre mousse/verre mousse ou les panneaux isolants en perlite ont des propriétés comparables avec une meilleure capacité d’isolation thermique. Les matériaux isolants naturels tels que la fibre de bois, la cellulose ou la laine de mouton permettent également une isolation thermique à effet capillaire.

Matériaux innovants pour l’isolation intérieure

En plus des matériaux d’isolation classiques, certains matériaux innovants – quoique plus coûteux – sont sur le marché pour l’isolation intérieure des murs extérieurs :

 

  • Panneaux composites d’isolation sous vide : Les panneaux ont une conductivité thermique jusqu’à sept fois inférieure à celle des matériaux d’isolation actuellement utilisés.

 

L’isolation intérieure des murs extérieurs – un travail d’experts

L’isolation intérieure ne doit pas être réalisée par vos propres moyens, mais doit être confiée à des experts. En particulier pour ce type d’isolation, une planification et une exécution défectueuses peuvent entraîner des dommages structurels et/ou de graves atteintes à la qualité de vie. En revanche, une isolation intérieure réalisée par des professionnels peut être une méthode de rénovation efficace pour économiser l’énergie.

Les matériaux de construction et d’isolation ouverts à la diffusion et à la capillarité éliminent en grande partie les inconvénients physiques de l’isolation intérieure. Les panneaux de silicate de calcium et de mousse minérale ainsi que de nombreux matériaux isolants naturels sont particulièrement bien adaptés à ce type d’isolation.

Étiqueté dans :

, ,