Le rainurage d’un mur est la procédure typique pour la mise à niveau des installations électriques, par exemple. Cependant, la capacité de charge d’un mur est affectée par le rainurage. Il existe donc des spécifications qui doivent être respectées.

Exigences pour le rainurage d’un mur

Le rainurage des murs est effectué dans les murs intérieurs qui sont en maçonnerie, construction humide. Toutefois, il n’est pas toujours possible de procéder à un simple rainurage. Les exigences et les spécifications des murs à rainures sont précisées dans la norme NF EN 1996-1-1. L’épaisseur du mur intérieur est d’une importance décisive.

Pour les murs non porteurs, ces spécifications doivent également être appliquées.

Cependant, la norme NF EN 1996-1-1 concerne les murs porteurs. Il n’existe pas de spécifications plus détaillées pour les murs non porteurs. Cependant, il est généralement admis que les spécifications de la norme NF EN pour les murs porteurs doivent également être appliquées aux murs non porteurs.

Différenciation des fentes dans le mur

Il faut ensuite tenir compte du fait que les fentes peuvent être réalisées de différentes manières. Les orientations suivantes sont autorisées lors du rainurage :

A lire également :   Étanchéité des murs humides par la méthode d'injection

  • Fentes horizontales
  • fentes murales verticales
  • Il devrait être de notoriété publique que le rainurage en diagonale n’est pas autorisé, car les installations ne sont pas non plus autorisées à être acheminées de cette manière.

    La profondeur de la fente

    Les profondeurs habituelles des fentes se situent entre 10 et 30 mm.

    Refendage horizontal des murs

    Tout d’abord, les fentes horizontales ne doivent pas être tracées à plus de 40 cm au-dessus ou au-dessous d’un plafond brut. En d’autres termes, cela signifie un maximum de 40 cm sous les plafonds bruts, c’est-à-dire sans revêtements, et un maximum de 40 cm au-dessus du sol brut, c’est-à-dire également sans revêtements. Les épaisseurs de revêtement doivent donc être soustraites des 40 cm.

    En fait, le rainurage horizontal pose les plus gros problèmes car la section transversale de la paroi est réduite sur toute la longueur du rainurage. La capacité de charge, en particulier, souffre donc particulièrement du rainurage horizontal.

    Par conséquent, l’épaisseur des parois est déterminante pour savoir si le rainurage est autorisé. Là encore, il faut distinguer les fentes relativement courtes, inférieures à 1,25 m, de celles qui dépassent cette longueur. Jusqu’à une longueur de fente horizontale de 1,25 m, la paroi doit permettre une épaisseur de 15 cm. Les fentes horizontales qui sont plus longues ou qui se produisent sur toute la longueur de la paroi nécessitent une épaisseur minimale de 17 cm.

    A lire également :   Pollution sonore due aux revêtements de sol stratifiés ?

    En outre, les murs ne peuvent généralement être fendus que d’un seul côté. Il y a exception à cette règle si l’épaisseur de la paroi est d’au moins 24 cm et si la profondeur des deux fentes est de 10 mm ou moins.

    Fentes verticales

    Les fentes verticales dans le mur peuvent être réalisées à partir d’une épaisseur de mur de 12 cm. La distance par rapport aux ouvertures, percées et renfoncements du mur doit être d’au moins 11,5 cm. Si plusieurs rainures murales sont nécessaires les unes à côté des autres, la distance minimale entre deux rainures est au moins égale à la largeur de base de la rainure. Au total, plusieurs créneaux verticaux juxtaposés ne doivent pas dépasser une largeur de 2 mètres.

    Les différentes dimensions peuvent être conciliées via la norme NF EN 1996-1-1 et les manuels de tableaux correspondants. Dans ces tableaux, les épaisseurs de paroi, les largeurs de fente et les profondeurs de fente sont fixées les unes par rapport aux autres, de sorte que, par exemple, la profondeur maximale de la fente peut être relevée.

    A lire également :   Toutes les options pour la rénovation d'un mur extérieur de sous-sol

    Étiqueté dans :

    , ,