Le bois utilisé à l’extérieur a besoin d’une protection variée : Bois protection. Cela vaut également pour les essences de bois résistantes aux intempéries. Les produits de protection nécessaires et la manière de les utiliser sont décrits dans cet article.

Influences contre lesquelles le bois doit être protégé

  • Humidité
  • Rayonnement UV
  • Bleuissement
  • Attaques biologiques
  • L’humidité résiduelle détermine l’efficacité

    Une humidité résiduelle de 20% maximum est prescrite pour le bois de construction. Mais cette valeur peut rapidement augmenter en cas de stockage à l’extérieur.

    À partir d’une humidité résiduelle de 25%, le traitement de protection du bois contre le bleuissement et même une imprégnation sont moins efficaces. Elle ne peut plus pénétrer suffisamment le bois humide.

    Pour les revêtements couvrants, une humidité résiduelle maximale de 15% est recommandée pour les bois résineux et de 12% pour les bois feuillus.

    Protection contre le bleuissement

    Le bleuissement est causé par des champignons du bois. L’infestation par des champignons de bleuissement entraîne une coloration bleutée du bois. La capacité portante du bois reste toutefois intacte en cas d’attaque de bleuissement.

    A lire également :   Huiler le plateau de table pour l'entretenir, le protéger et lui donner un aspect esthétique

    Le problème est que le champignon du bleuissement peut également attaquer les revêtements et les imprégnations, et ainsi ouvrir la voie à la pourriture du bois. La pourriture du bois peut détruire complètement le bois.

    Essences de bois ne nécessitant pas de protection contre le bleuissement

    Il s’agit uniquement du chêne, de l’acajou et du teck, ainsi que des essences moins connues comme l’afromosia, l’afzelia, le framire et le meranti. Toutes les autres essences doivent être traitées avec un produit anti-bleuissement.

    Quantité d’application pour la protection contre le bleuissement

    La quantité d’application prescrite doit toujours être respectée. En cas d’immersion de bois brut de sciage, environ 40 à 60 ml/m² pénètrent dans le bois, en cas de peinture, environ 60 à 120 ml/m².

    Le bois raboté absorbe moins de protection contre le bleuissement, c’est pourquoi il faut peindre plus souvent jusqu’à ce que la quantité prescrite par le fabricant soit atteinte. Dans le cas contraire, la protection n’est pas efficace.

    En raison de la pigmentation croissante du bois, les deuxièmes et troisièmes couches entraînent une absorption moindre du fond antibleu pigmenté. Cet effet doit également être pris en compte.

    Couche de ventilation pigmentée

    Alors que la couche de fond antibleuissement agit à l’intérieur du bois, une couche pigmentée, hydrofuge, ouverte à la diffusion et stable aux UV doit être appliquée à la surface du bois comme couche de protection physique.

    A lire également :   Comment sceller les trous de forage dans le sous-sol

    Elle sert de protection contre les intempéries, les UV et empêche la pénétration de l’humidité. L’humidité peut toutefois s’échapper du bois. Cette couche constitue également une protection contre les attaques biologiques.

    La plupart des lasures compactes ou des vernis de protection du bois remplissent ces conditions. Ils doivent être appliqués en deux couches au moins. On obtient ainsi, avec le fond antibleu, un système de protection efficace à trois couches.

    Les produits de protection du bois bon marché ne répondent pas toujours aux propriétés requises. Avant d’acheter un produit, il convient donc de bien vérifier ses performances.

    A lire également :   Un sol en bois nécessite une structure adaptée à la situation

    Étiqueté dans :

    , ,