Les parquets sont considérés comme étant de très haute qualité et élégants. Toutefois, les sols en carrelage ont également connu une popularité croissante parmi les revêtements de sol ces dernières années. Dans cet article, vous découvrirez les avantages et les inconvénients de ces deux types de revêtements de sol et vous verrez où le calcul coût-bénéfice est le plus avantageux. Et quel compromis intéressant il y a.

Différences de prix

Parquet

Dans le cas d’un parquet, il faut bien sûr commencer par distinguer de quel type de parquet il s’agit :

  • Parquet en bois véritable
  • parquet de haute qualité à deux ou trois couches
  • parquet bicouche bon marché
  • Les parquets en bois véritable ou massif commencent à des prix d’environ 40 EUR par m² et peuvent coûter jusqu’à 150, voire 200 EUR par m², selon le type de bois.

    Pour un parquet multicouche de haute qualité, les prix sont généralement de 30 à 50 euros par m², tandis que pour les types de parquet bon marché, les prix commencent souvent à seulement 10 à 15 euros par m².

    Carreaux

    Pour les carreaux de sol, le grès cérame est pratiquement le seul matériau utilisé aujourd’hui en raison de sa qualité supérieure et de ses meilleures propriétés. Les prix de ces carreaux sont très variables.

    A lire également :   Revêtements de sol pour le chauffage par le sol

    À partir de 25-30 euros par m², vous pouvez obtenir des carreaux en grès cérame d’assez bonne qualité, mais les carreaux de très haute qualité peuvent coûter jusqu’à 80 euros par m². Même les modèles de carreaux les moins chers sont extrêmement durs et durables. La différence de prix est souvent basée sur les dessins et les motifs spéciaux des surfaces, moins sur la dureté et la qualité des carreaux.

    Calcul des coûts et des avantages

    Le parquet en bois véritable peut être poncé plusieurs fois – en fonction de l’épaisseur – et atteint ainsi une durée de vie très longue et constante. Il faut généralement le poncer tous les deux ans pour éliminer les signes d’usure et renouveler le produit d’étanchéité. Cela entraîne également des coûts considérables.

    Le parquet multicouche peut être poncé une ou deux fois au maximum (en fonction de l’épaisseur de la couche d’usure), de sorte que sa durée de vie est limitée à un maximum de 15 à 20 ans (dans l’idéal).

    Les carreaux, en particulier ceux en grès cérame, ne nécessitent pratiquement aucun entretien. Cependant, ils peuvent facilement atteindre une durée de vie de 60 ans. En raison de la grande dureté de la surface du carrelage, il n’y a pas de signes d’usure visibles dans la zone de séjour. Il n’y a pas de frais d’entretien et de renouvellement du sol pendant sa durée de vie.

    A lire également :   Poser un sol en bois adapté dans la cuisine

    Le calcul coûts-avantages est donc clairement en faveur du carrelage.

    Autres arguments en faveur des sols carrelés

    Il existe quelques autres arguments en faveur des carreaux de sol :

  • Les sols en bois dur sont délicats et nécessitent beaucoup d’entretien – les carreaux sont presque totalement résistants à la saleté et ne nécessitent aucun soin particulier.
  • des dommages visibles peuvent facilement apparaître sur les parquets
  • le ponçage régulier du parquet implique que les pièces doivent être entièrement vidées et qu’il est impossible d’y entrer pendant plusieurs jours.
  • Les carreaux de sol en aspect bois sont une solution vraiment optimale. Ils peuvent parfaitement imiter n’importe quel type de parquet (même les types de bois extrêmement chers et rares), mais ne nécessitent aucun entretien. Visuellement, ces sols sont pratiquement impossibles à distinguer d’un original, surtout en grand format.

    A lire également :   Enlever les taches sur le teck : ces méthodes fonctionnent !

    Étiqueté dans :

    , ,