Un enduit à la chaux dépend de deux facteurs décisifs pour prendre et adhérer de manière fiable sur le support. Le comportement d’absorption doit être le plus régulier possible et permettre une adhérence par « accrochage ». Alors que la maçonnerie en béton et en pierre présente de bonnes caractéristiques, le plâtre, le bois et le carrelage sont plus difficiles.

Supports adaptés et moins adaptés

D’une manière générale, un enduit à la chaux peut être appliqué sur presque tous les supports. Le degré de risque que l’enduit ne tienne pas résulte de la minutie de la préparation, de l’application correcte et du séchage contrôlé. Il existe des différences plus ou moins importantes dans le comportement physique des matériaux qui se rencontrent.

Les matériaux de construction ayant des « dispositions » physiques similaires sont :

  • Béton cellulaire
  • Briques silico-calcaires
  • Briques
  • Carreaux
  • Des différences plus importantes dans le comportement à la dilatation et au retrait sous l’effet des températures et de l’humidité apparaissent sur les supports suivants :

  • Bois
  • Plâtre
  • Panneaux polyvalents (OSB/MDF)
  • Placoplâtre
  • Sous-couches similaires

    En cas de propriétés physiques similaires, c’est surtout le comportement d’absorption qui joue un rôle important. Lorsque l’on réalise soi-même des travaux de crépissage, un support poreux doit être humidifié en conséquence. Plus l’aspiration est forte, plus la surface à enduire doit être mouillée.

    A lire également :   Comment trouver un conseiller compétent en matière de peinture murale ?

    Une couche de fond n’est généralement pas nécessaire. Pour les surfaces très lisses, comme le carrelage, il faut appliquer un agent d’adhérence comme « colle » et « aide à l’accrochage ». Les boues de chaux, qui sont soulevées au lieu d’être humidifiées, peuvent être utiles. Elles constituent en même temps une sorte d' »indicateur » permettant de savoir si la chaux a trouvé une assise.

    Substances « étrangères » au support

    Le problème du plâtre, du bois et des panneaux polyvalents est leur comportement physique très différent. Ces matériaux se dilatent avec la chaleur et l’humidité et se contractent avec le froid et la sécheresse. Le comportement du crépi à la chaux rigide « ne suit pas ». Des fissures et, dans le pire des cas, un écaillage en sont la conséquence.

    Ce risque peut être contré par une armature ou un renforcement et un découplage. Lors de la pose du sous-enduit, un tissu en forme de grille est inséré. Le sous-enduit « absorbe » les différences de mouvement.

    Comme condition de base, vous devez veiller à ce que le support soit exempt de graisse et de poussière. Enduisez les irrégularités avec du mortier de chaux. Sur certaines poutres en bois, par exemple dans les maisons à colombages, vous pouvez créer des ponts armés au-dessus des poutres à enduire.

    Étiqueté dans :

    , ,