Le degré d’humidité du bois est au centre du calcul du poids du bois : Bois cube. Plus il est élevé, plus le bois est lourd. Le poids spécifique du bois est le résultat de son poids propre, de sa densité et de sa teneur en eau, comme le montrent les tableaux correspondants. Pour le bois en vrac, le type d’empilage joue un rôle.

Bois en vrac ou massif

Lors du calcul du poids du bois, deux valeurs peuvent être demandées. S’il s’agit par exemple de grumes ou de bûches pour la cheminée ou le poêle, ce sont les dimensions de la pièce qui déterminent le poids. Pour le bois de construction, on calcule généralement des dimensions spatiales parallélépipédiques ou cylindriques.

Branches en vrac, troncs d’arbres et bûches

Outre l’état du bois lui-même, le type d’empilage est d’une importance décisive pour le calcul. On distingue les trois unités de mesure suivantes :

Mètre cube en vrac

Le bois versé dans un récipient tombe « au hasard » et forme de nombreuses cavités. Pour les bûches courantes, on utilise comme facteur de calcul une proportion substantielle de bois comprise entre 0,45 et 0,5. Pour les autres contenants, ce facteur varie.

A lire également :   Comment protéger le bois de chêne à l'extérieur

Mètre cube

Le mètre cube est également appelé stère. Il s’agit de la mesure de calcul pour le bois empilé et aligné parallèlement avec des espaces réduits. Le facteur de calcul se situe entre 0,6 et 0,7.

Mètre cube

Le mètre cube est constitué de bois massif sans espaces intermédiaires et ne s’applique généralement qu’à des troncs d’arbres individuels. Il correspond en principe à la mesure qui permet de mesurer le bois de construction, empilé sans espaces intermédiaires.

Bois de construction scié et bois massif

Comme pour le bois en vrac, le poids spécifique se déduit d’un tableau de densité du bois, qui indique également la proportion d’eau.

 

  • Jusqu’à cinq pour cent décrit le poids du dart qui n’existe qu’en théorie.
  • Six à onze pour cent de teneur en eau se trouvent dans le bois sec à l’état brut.
  • Douze à vingt pour cent de teneur en eau dans le bois sec à l’air
  • De vingt à vingt-six pour cent d’eau dans le bois frais abattu.
  • 27 à 35 pour cent d’eau sont considérés comme saturés de fibres.
  • Au-delà de 35 pour cent, on dit que les fibres sont saturées d’eau.

 

Pour les meubles et l’aménagement intérieur, une teneur en eau de sept à dix pour cent est courante.

A lire également :   Cosy, spacieux, moderne : le salon sous le toit

Pour les cadres de fenêtres et les portes, une teneur en eau de douze à quinze pour cent est courante.

Pour les aménagements extérieurs et les constructions, un taux de seize à vingt pour cent convient.

Pour le bois de chauffage, une teneur en eau de 15 à vingt pour cent est suffisante.

Vous devez multiplier la dimension du bois de construction (hauteur multipliée par largeur multipliée par longueur) par le poids spécifique correspondant à l’essence et au pourcentage d’eau. Vous trouverez également des calculateurs spéciaux en ligne.

Étiqueté dans :

, ,