Le monde des différentes ampoules est si confus qu’il est difficile de s’y retrouver. Les types d’ampoules disponibles aujourd’hui, leurs caractéristiques et les culots et connecteurs standardisés sont donc clairement expliqués dans cet article.

Types de lampes

Fondamentalement, les lampes peuvent être divisées en « grandes » catégories pour commencer :

  • les lampes à incandescence classiques (interdites aujourd’hui)
  • Lampes halogènes
  • Lampes à économie d’énergie
  • Lampes LED
  • Lampe à incandescence classique

    Depuis 2012, ce type de lampe, utilisé sans changement depuis plus de 100 ans, est interdit dans l’UE. Ils ne sont plus disponibles dans le commerce. La raison en est leur inefficacité :

    Les ampoules classiques consomment de grandes quantités d’électricité, car elles ne convertissent qu’environ 5 % de l’énergie qu’elles consomment en lumière, le reste étant perdu sous forme de chaleur résiduelle. Les ampoules modernes nécessitent près de 80 % d’électricité en moins pour produire la même quantité de lumière.

    Lampes halogènes

    Les lampes halogènes sont en fait de simples ampoules remplies d’un gaz protecteur spécial. Ce remplissage de gaz inerte (composé d’halogènes comme le brome ou l’iode) permet de chauffer davantage le filament et donc de le faire briller davantage. En fonctionnement, cependant, elles ne sont pas plus efficaces que les lampes à incandescence classiques.

    A lire également :   Le chauffage par le sol dans les bâtiments anciens : un choix judicieux ?

    Elles ne sont pas encore interdites, mais en 2018, les lampes halogènes à haute tension seront enfin interdites. Elles seront ensuite remplacées par des ampoules LED.

    Lampes à économie d’énergie

    Les lampes à économie d’énergie sont des lampes fluorescentes compactes, c’est-à-dire qu’elles fonctionnent en principe de la même manière qu’un tube néon. Ils sont encore largement utilisés, mais présentent des inconvénients de poids qu’il ne faut pas négliger.

    Lampes LED

    Les LED fonctionnent avec des diodes spéciales, dites diodes électroluminescentes (d’où le nom de LED). La lumière est générée ici avec un semi-conducteur qui possède un côté riche en électrons et un côté pauvre en électrons. Lorsqu’une tension est appliquée, les électrons se déplacent d’un côté à l’autre, et l’énergie libérée dans le processus de recombinaison qui s’ensuit est alors visible sous forme de rayonnement lumineux.

    Types de douilles normalisées pour les ampoules électriques

    Chaque ampoule doit s’adapter à une certaine douille (douille à vis) ou à une connexion enfichable. En conséquence, il existe certaines tailles standardisées, qui sont désignées par des combinaisons de lettres et de chiffres.

    Pour les douilles à vis, il s’agit de :

  • E14 (14 mm de diamètre au bas de la lampe)
  • B15 (diamètre de 15 mm au bas de la lampe)
    A lire également :   LED au lieu d'halogène ?
  • E27 (diamètre de 27 mm au bas de la lampe)
  • B22 (diamètre de 22 mm au bas de la lampe)
  • E40 (40 mm de diamètre au bas de la lampe)
  • Il existe différentes connexions pour les lampes halogènes, qui peuvent également être différentes. Le chiffre indique ici la distance entre les deux connecteurs.

  • GU10
  • G9 ou GU9 (les deux désignations sont courantes)
  • GU6,35 ou GY6,35 (les deux désignations sont courantes)
  • GU5.3
  • GU4 ou G4 (les deux désignations sont courantes)
  • Lorsque vous achetez une ampoule, vous pouvez simplement vous référer au code figurant sur la douille. Si vous ne le voyez plus sur l’ancienne ampoule, il vous suffit de mesurer.

    A lire également :   La lampe LED clignote - quelle en est la cause ?

    Étiqueté dans :

    , ,