Être indépendant du fournisseur d’énergie et produire sa propre électricité est et reste l’objectif de la plupart des propriétaires. Et cela ne doit pas rester un rêve, parce que : Il existe actuellement encore de nombreuses possibilités d’obtenir des aides financières lucratives de l’État, ce qui est particulièrement intéressant pour vous à long terme.

Il y aura bientôt 50 ans que, lors de la première crise pétrolière mondiale, des études de faisabilité sérieuses ont été lancées sur l’approvisionnement en sources d’énergie renouvelables, alors en plein essor. Peu de temps après, le marché de l’énergie éolienne et solaire était considéré comme ouvert. Depuis lors, le désir de disposer de son propre approvisionnement en électricité touche de plus en plus les consommateurs. Aujourd’hui, à une époque où les prix de l’électricité ne cessent d’augmenter, produire sa propre électricité pour se rendre indépendant des grands fournisseurs d’électricité n’est plus une chimère, mais une tendance ininterrompue.

L’autoproduction d’électricité connaît cinq variantes alternatives

Pour l’instant, en tout cas, car les scientifiques de tous les pays travaillent d’arrache-pied sur un certain nombre de projets sérieux qui ne sont même pas concevables pour le consommateur moyen aujourd’hui. En termes de faisabilité pratique, il existe actuellement cinq technologies prêtes à être commercialisées qui permettent aux propriétaires de maisons ou d’immeubles, et dans une certaine mesure aux locataires d’appartements, de produire l’électricité dont ils ont besoin.

1. L’énergie solaire provient gratuitement du toit de la maison.

Les discussions incessantes sur les subventions à l’énergie solaire ont fortement déstabilisé un certain nombre d’acheteurs potentiels de systèmes solaires ces dernières années. Néanmoins, les petites centrales électriques installées sur les toits des particuliers ne sont guère touchées par les réductions de subventions ou les prélèvements importants, même aujourd’hui. Les installations photovoltaïques restent rentables si elles ont été planifiées avec clairvoyance au préalable. La subvention de l’État aux propriétaires qui produisent leur propre électricité reste en place pour une durée de 20 ans et est constante à 12,31 centimes par kWh depuis mi-2016.

Le coût d’un système d’énergie solaire

  • Système photovoltaïque : il faut prévoir un budget d’environ 10 000 € pour un système typique installé sur un toit d’une capacité de cinq kW.
  • Modules solaires : pour une puissance de 200 à 350 watts, il faut s’attendre à un coût total compris entre 2 500 et 4 000 euros pour un prix de module de 0,50 à 0,80 euro par watt.
    A lire également :   Nettoyage d'un poêle à bois et ce qu'il faut prendre en compte lors de cette opération
  • Onduleur : il convertit le courant continu généré en courant alternatif et coûte entre 500 et 1 500 euros.
  • Coûts d’installation : le boulonnage des modules, le câblage des composants et le raccordement du système au réseau coûtent 100 à 200 € par kW, soit 500 à 1 000 € pour un système de 5 kW.
  • Stockage de l’électricité : option supplémentaire si l’énergie solaire doit également être utilisée le soir, il coûte entre 5 000 et 15 000 € (subvention de l’État jusqu’à 3 000 €).
  • Coûts d’exploitation : environ 2 % du coût du système par an pour l’assurance, la maintenance et le comptage de l’électricité par l’opérateur du réseau.
  • Possibilités de réduction des coûts

    À moyen et long terme, on peut s’attendre à une réduction des coûts des systèmes photovoltaïques – selon les experts. Non seulement les coûts des matériaux seront moins élevés, mais les nouvelles techniques d’installation permettront également de raccourcir les délais d’installation nécessaires. Il existe également un plus grand potentiel d’économies dans les systèmes de stockage, qui sont encore très chers aujourd’hui, car le développement vers la production de masse n’en est qu’à ses débuts ici. Quelques exemples actuels :

    Subventions gouvernementales pour les systèmes photovoltaïques

    L’énergie solaire est subventionnée par la KfW au moyen d’un prêt portant un intérêt de 1 % ou plus, en fonction de la solvabilité du demandeur. Les fonds peuvent également être utilisés pour l’expansion de systèmes déjà existants, mais à condition qu’une augmentation de la production soit réalisable. En outre, il faut veiller à ce qu’une partie de l’énergie produite soit injectée dans le réseau public. Bien que le programme de financement ait été suspendu à la mi-2016, il est à nouveau possible de déposer une demande de financement depuis janvier 2017. Cependant, avec une subvention de rachat plus faible, qui diminuera de trois pour cent tous les six mois à l’avenir.

    2. produire soi-même de l’électricité dans une centrale de production combinée de chaleur et d’électricité

    Selon le principe de base, les mini-centrales électriques en sous-sol fonctionnent comme les grandes centrales des fournisseurs d’énergie. Les combustibles tels que le charbon, le pétrole, le gaz naturel ou même les granulés de bois sont brûlés et produisent ainsi de l’énergie électrique. En théorie, la biomasse et même les déchets organiques pourraient également servir de combustible. Toutefois, l’évolution du prix des combustibles fossiles sur le marché est difficile à estimer, de sorte qu’une unité de cogénération doit être conçue pour une demande de combustible aussi faible que possible. Ceux qui veulent produire leur propre électricité avec cette technologie doivent tenir compte du fait que les mini-centrales produisent de la chaleur résiduelle avec leur moteur à combustion, même si elle ne peut pas être utilisée pour le chauffage en hiver.

    Coûts d’investissement pour une centrale de production combinée de chaleur et d’électricité

    En fonction de la puissance, on distingue dans la pratique les nano-centrales (moins de 2,5 kW), les micro-centrales (2,5 à 15 kW) et les mini-centrales (15 à 50 kW). Pour la plus petite variante, il est réaliste d’envisager un prix d’achat à partir de 15 000 €. Pour les plus grandes unités de micro-cogénération, vous pouvez estimer 20 000 à 25 000 €, y compris tous les coûts annexes.

    A lire également :   Comment faire entrer la lumière dans un sous-sol sans électricité ?

    Coûts d’exploitation et amortissement de la cogénération

    En plus du prix du carburant, des coûts fixes d’entretien d’environ 75 cents par kWh sont également encourus. Les centrales de cogénération sont soumises à des réglementations strictes de la part de la législation et doivent être intégrées de manière professionnelle à la technique du bâtiment existante lors de leur installation. C’est pourquoi il est recommandé de consulter une entreprise spécialisée expérimentée dès la phase de planification. En général, et en fonction du combustible utilisé et de quelques autres facteurs, les unités de cogénération s’amortissent en sept à dix ans.

    3. Les petites éoliennes sont encore un terrain inconnu en France.

    L’installation de petites centrales éoliennes en est encore à ses débuts dans ce pays. La première du genre a été enregistrée statistiquement à l’été 2014. Actuellement, l’inventaire se situe entre 15 000 et 20 000 turbines. Ils doivent être planifiés de manière à ce que les rendements annuels couvrent les besoins énergétiques propres, car une alimentation résiduelle du réseau public ne serait pas rentable. En principe, la quantité possible d’électricité autoproduite augmente avec la taille des pales du rotor et la vitesse annuelle moyenne du vent. La vue d’ensemble montre qu’une petite éolienne peut produire des quantités d’énergie assez considérables avec des conditions de vent moyennes de 4 m/s.

    Tout est question d’emplacement pour l’énergie éolienne

    Source: Patrick Jüttemann ; www.klein-windkraftanlagen.com

    Le calculateur d’éoliennes de petite taille permet de déterminer très facilement sur Internet dans quelle mesure votre lieu d’habitation se prête à la production d’électricité au moyen de cette technologie très respectueuse de l’environnement. En outre, il existe bien sûr un certain nombre de réglementations légales qui doivent être respectées. L’une d’entre elles est la « Notice technique pour la protection contre le bruit ». Les seuils de tolérance sont définis comme suit :

    4. la turbine à eau privée derrière la maison ?

    Les petites centrales hydroélectriques présentent l’avantage d’un approvisionnement quasi indépendant en électricité autoproduite, que le soleil brille ou qu’il n’y ait pas de vent. Pour fournir en permanence la quantité requise d’électricité domestique à l’aide de l’eau comme source d’énergie régénérative, il faudrait qu’environ 400 000 litres d’eau tombent au moins un mètre dans les profondeurs chaque heure.

    L’hydroélectricité – PAS encore la solution pour les auto-approvisionneurs

    Des vis hydroélectriques adaptées aux poissons, comme on appelle techniquement ce type modifié de petites centrales hydroélectriques, ont été construites de manière irrégulière dans tout le pays ces dernières années. Toutefois, il s’agit principalement de projets de référence dont les opérateurs sont le plus souvent des entreprises ou des associations. À l’heure actuelle, aussi tentante que puisse être cette idée séculaire, on peut supposer que les centrales hydroélectriques miniatures ne constituent pas une alternative réaliste pour produire soi-même de l’électricité.

    L’énergie géothermique – l’énergie propre de la terre

    Ce type de production d’énergie repose sur le principe physique selon lequel de l’eau froide est pompée sous pression à l’intérieur de la terre jusqu’à ce qu’elle se réchauffe sous l’effet des couches de roches chaudes à une profondeur de 5 à 10 km, puis retourne à la surface. Elle y est ensuite utilisée pour le chauffage ou, à l’aide d’une turbine, pour produire de l’électricité. Les technologies utilisées pour extraire l’énergie géothermique varient. Le choix de l’une ou l’autre dépend principalement de la situation géographique. Ce type d’autoproduction d’électricité est pratiqué relativement souvent dans le sud de la France en raison des conditions géologiques et géophysiques très favorables.

    A lire également :   Coûts de modernisation du chauffage par le sol

    Coûts d’investissement élevés pour l’utilisation de l’énergie géothermique

    En fonction de la profondeur du forage et d’un certain nombre de conditions structurelles, le coût moyen de la production d’énergie géothermique se situe entre 15 000 et 30 000 euros. D’autre part, les coûts d’exploitation annuels pour le fonctionnement des pompes sont agréablement bas, environ 200 € seulement pour l’énergie électrique. Et les autres avantages parlent également en faveur de l’utilisation de la production d’énergie géothermique :

  • Une production d’énergie respectueuse de l’environnement et très efficace
  • Rendement particulièrement élevé (l’électricité pour les pompes pourrait également être produite par un système photovoltaïque).
  • Indépendance vis-à-vis des combustibles fossiles et évolution de leur prix
  • Aucun espace de stockage n’est nécessaire pour les pellets, le pétrole ou d’autres combustibles.
  • Presque aucune émission mesurable de CO2 par rapport à un système de chauffage conventionnel.
  • Faibles coûts d’exploitation, pratiquement aucun coût d’entretien et de maintenance, pas de périodes d’inspection prescrites par la loi.
  • Presque aucun développement de bruit pendant le fonctionnement
  • Quel est le moyen le plus intéressant de produire soi-même de l’électricité ?

    Les experts dans ce domaine supposent en tout cas que le passage à l’énergie solaire sera encore plus lucratif en 2017 que l’année dernière. Les installations photovoltaïques ont déjà chuté d’un bon 10 % au cours des derniers mois. L’augmentation du prix de l’électricité au début de l’année permet désormais de réaliser plus de bénéfices sur sa propre consommation et le tarif de rachat devrait augmenter de 1,5 à 3 %. En d’autres termes, le photovoltaïque permet non seulement de produire soi-même de l’électricité, mais aussi d’obtenir un rendement annuel d’environ 6 %.

    Toutes les solutions d’auto-approvisionnement en électricité présentées brièvement sont très complexes par nature. Ils nécessitent une planification minutieuse ainsi qu’un haut niveau d’expertise technique pour leur mise en œuvre. Par conséquent, demandez l’avis d’un professionnel en temps utile pour éviter les mauvais investissements.

    Étiqueté dans :

    , ,