Lorsque l’on est confronté au défi de percer une poutre en acier, il faut si possible utiliser le bon matériau et la bonne technique de perçage (Poutre acier). Vous découvrirez dans cet article comment procéder exactement, ce qu’il ne faut surtout pas faire et comment on peut parfois l’éviter.

Percer à bon escient

Lorsque l’on perce au-dessus du cadre de la fenêtre ou dans le plafond, il se peut que l’on tombe parfois sur une poutre en acier. En principe, il est possible de percer de telles poutres, mais la question est de savoir si cela est judicieux.

Le perçage d’une poutre en acier est une procédure très compliquée, qui demande beaucoup de temps et d’efforts et qui, de plus, n’est pas toujours couronnée de succès. De plus, on peut se demander si une cheville dans une poutre en acier tient vraiment bien au final.

Dans la plupart des cas, il sera plus intelligent de trouver un autre point de perçage où il n’y a pas de poutrelle métallique sur le chemin.

Griffes de crochets

Les griffes à crochet sont des colliers de montage spéciaux qui servent à fixer quelque chose à une poutre. Si une poutre est exposée et visible, c’est certainement la méthode de choix.

A lire également :   Quels couverts peuvent être nettoyés au lave-vaisselle ?

Technique de perçage correcte

Si le perçage est inévitable, il faut percer le plus lentement possible et les trous de plus de 6 mm doivent absolument être pré-percés avec un foret plus petit. Si nécessaire, il faut également veiller à ce que le foret soit suffisamment refroidi. Vous trouverez également des indications et des conseils importants dans notre article Percer l’acier.

Aspects statiques

Le perçage d’une poutre en acier ne pose en principe aucun problème statique. Les fabricants de poutres accordent un « droit de vissage et de perçage » sur les poutres en acier. Cela signifie qu’il est tout à fait possible de percer plusieurs fois dans une poutre sur l’axe longitudinal (axe de gravité) sans porter massivement atteinte à la statique.

Dans le cas d’une grande quantité de trous d’un diamètre important, sur lesquels des charges sont également fixées, il faut absolument vérifier la statique par le calcul. La vérification du cisaillement et les contraintes d’entaille peuvent notamment poser problème.

Si un trou traverse l’âme verticale, il est certain qu’une vérification statique sera nécessaire.

Ce qu’il faut également prendre en compte, c’est qu’après avoir percé une poutre en acier, il peut y avoir un problème de corrosion. Il faut donc également réfléchir à la protection anticorrosion à mettre en place. La corrosion peut également être très problématique pour la capacité de charge d’une poutre en acier.

Étiqueté dans :

, ,