La réparation du béton est un type de réhabilitation axé sur les dommages mécaniques qui affectent la fonctionnalité et la stabilité de l’élément. Les méthodes utilisées sont principalement le brossage et le sablage plus ou moins vigoureux avec différents outils et moyens.

Procédure mécanique

Comme pour un organisme malade, la réparation du béton nécessite l’élimination complète des zones endommagées en surface et à l’intérieur. Les étapes de traitement mécanique approfondi constituent l’élément central de la réparation du béton, notamment en cas de signes reconnaissables de corrosion du béton ou de suspicion de cancer du béton.

Les armatures exposées, les coins, les bords et les trous cassés ainsi que le béton qui s’effrite doivent être éliminés lors de la réparation du béton. Toutes les zones et parties du béton supposées « saines » doivent également être retirées.

Levage de grands composants

Pour le béton gravement endommagé avec de grandes fractures sur les grands éléments structurels et les corps de métier tels que les ponts, les métros, les halls, les tunnels ou les grands bâtiments, la réparation du béton implique un travail initial d’exposition grossière par calfeutrage.

A lire également :   Conception d'une salle de loisirs au sous-sol : Comment le rendre accueillant

Les armatures sont mises à nu et les fractures grossières sont brisées à l’aide de machines à calfeutrer actionnées électriquement ou pneumatiquement. Le poinçonnage doit être effectué avec précaution pour ne pas endommager l’armature ou provoquer des fissures dans le béton sain.

Brosses et aiguilles

Une méthode moins menaçante pour les zones saines du béton consiste à utiliser des brosses métalliques de différentes tailles. Elles peuvent être actionnées à la main ou en tant que têtes de brosse rotatives, par exemple sur une perceuse (76,79 € chez Amazon*).

Le pistolet à aiguille fonctionne selon un principe différent avec une intensité similaire. Au moyen d’un entraînement pneumatique, le béton est bombardé d’aiguilles, ce qui permet de détacher les matériaux détachés. Contrairement au brossage ou au pilonnage, cette méthode produit relativement peu de poussière.

Sablage de particules et de grenaille

Dans le domaine de la réparation du béton par sablage, on utilise le sablage à sec avec des particules, dans lequel la plupart des scories avec une pression d’environ dix bars enlèvent les composants détachés des surfaces en béton. Lors de ce dynamitage « ouvert », les matériaux détachés et l’agent de sablage s’accumulent sous forme de poussière.

Dans le grenaillage « fermé », la surface du béton est traitée par des billes rotatives et tournantes qui ont un effet similaire à celui du grenaillage à particules. Cependant, cette méthode peut être utilisée presque exclusivement pour les réparations et les

A lire également :   Décapage de la peinture sur des murs en maçonnerie ou en béton

la rénovation des sols en béton.

Nettoyage à l’eau et à la flamme

En plus d’une intervention purement mécanique, le jet d’eau à haute pression comporte une composante à effet chimique. Le traitement, relativement exempt de vibrations, ménage le béton et modifie l’environnement. La teneur en ciment alcalin est « diluée » et les acides siliciques alcali-réactifs réduisent leur « corrosion du béton » en supprimant la base de réaction.

Le décapage à la flamme peut produire un effet similaire, mais son effet extrêmement asséchant ramène la porosité du béton à son état d’origine, jusque dans les couches sonores. Cette méthode ne doit pas être utilisée sur des armatures exposées, car le chauffage provoque une dilatation de l’acier d’armature, ce qui risque d’endommager la liaison du matériau.

Avant la réparation du béton, comme avant la réhabilitation, une analyse précise des dommages doit être effectuée. Tous les degrés de dommages ne peuvent pas être réparés.

Étiqueté dans :

, ,