Difficile à croire, mais vrai : la visseuse sans fil peut également être utilisée pour propulser de petits véhicules. Dans cet article, vous découvrirez quelles performances sont possibles et où il y a même des courses avec.

Puissance de la visseuse sans fil

À première vue, une visseuse sans fil semble beaucoup trop faible pour faire fonctionner un petit véhicule. Mais cela est trompeur.

Si l’on regarde de plus près la puissance en watts d’une visseuse sans fil, on se rend compte de son potentiel. Un appareil performant de 18 volts et 41 ampères produit tout de même :

18 volts x 41 ampères = 738 watts de puissance

Une puissance de 740 watts correspond à un peu plus de 1 CV. La puissance de la visseuse sans fil est donc bien réelle.

Véhicules à moteur

En règle générale, les visseuses sans fil entraînent de très petits véhicules qui ne pèsent pas lourd. Ce sont environ :

  • Go-karts
  • Kettcars ou Bobbycars ainsi que
  • les véhicules légers spécialement conçus
  • Course de visseuses sans fil

    Certaines universités organisent régulièrement des courses au cours desquelles les étudiants doivent concourir sur des véhicules qu’ils ont conçus. Cela doit contribuer à développer les compétences en matière de construction légère de véhicules et permettre aux étudiants de mettre en œuvre et de tester leurs propres idées créatives en matière de construction légère.

    A lire également :   Enlever la laque des portes : ce à quoi il faut faire attention

    Vitesses et autonomie

    La transformation d’un kettcar du commerce peut déjà permettre d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 30 km/h, à condition d’être conçue et planifiée en conséquence. Plus la construction légère est mise en œuvre de manière conséquente, plus la vitesse peut être élevée.

    L’autonomie est toutefois naturellement limitée par la puissance et la capacité de la batterie.

    Plus le véhicule est lourd, moins la puissance est naturellement convertie en vitesse. Celui qui veut maximiser doit donc avant tout rendre le véhicule (et le conducteur) aussi léger que possible. La résistance au roulement et les aspects aérodynamiques sont également très recommandés, à prendre en compte de la manière la plus complète possible, sans oublier bien sûr les éventuelles pertes de traction, qu’il faut exclure autant que possible.

    A lire également :   Les chapes et la santé de l'habitat

    Étiqueté dans :

    , ,