Souvent, l’idée d’améliorer le confort à l’aide d’un détecteur de mouvement ne vient qu’une fois l’installation électrique terminée depuis longtemps : Detecteur mouvement. Les bricoleurs sont donc souvent confrontés au problème du raccordement ultérieur d’un détecteur de mouvement.

A considérer avant le montage ultérieur

Les détecteurs de mouvement (9,07 € sur Amazon*) offrent un grand confort dans différentes situations. Mais la plupart du temps, les détecteurs de mouvement ne sont pas prévus lors de la construction de la maison et doivent donc être montés ultérieurement. Mais avant d’acheter un détecteur de mouvement, il faut définir clairement les exigences auxquelles cet appareil doit répondre :

  • champ de surveillance libre (sans obstacles)
  • doit ou peut être derrière des obstacles
  • Taille de la zone à surveiller (portée du détecteur de mouvement)
  • Prise en compte de l’installation existante
  • Prise en compte de l’installation existante

    L’installation existante est particulièrement importante. On distingue encore les ampoules à incandescence, les tubes fluorescents, les ampoules à économie d’énergie et les ampoules LED. Les LED, en particulier, nécessitent nettement moins de tension. En même temps, il peut y avoir un courant résiduel sur la phase des détecteurs de mouvement. Les LED peuvent ainsi s’allumer légèrement (en permanence), les tubes fluorescents peuvent être allumés à plusieurs reprises. C’est pourquoi il convient d’utiliser un détecteur de mouvement avec relais commuté pour ce type d’éclairage.

    A lire également :   Comment laver correctement un tapis de bain

    Si vous avez un éclairage LED et que vous souhaitez installer un interrupteur en plus du détecteur de mouvement, il faut impérativement veiller à ce que la phase L soit commutée (selon VDE, il est également autorisé en France de faire passer le conducteur neutre N par l’interrupteur).

    Une situation particulière se présente lorsqu’un détecteur de mouvement doit être raccordé ultérieurement à un éclairage de cage d’escalier par exemple, qui dispose d’une minuterie. Un système ou un détecteur de mouvement avec fonction d’impulsion est alors nécessaire.

    Zone de surveillance libre ou obstacles

    Les deux sont possibles. Il existe différents types de détecteurs de mouvement qui permettent de répondre à chaque exigence. Par exemple, les détecteurs PIR (infrarouge), qui nécessitent un contact direct car ils réagissent à la chaleur ; ou les détecteurs HF, qui fonctionnent même derrière les murs.

    La taille de la zone à surveiller

    La taille de la zone dans laquelle le détecteur de mouvement doit se déclencher est également déterminante. En outre, il peut être nécessaire qu’un seul détecteur de mouvement ne suffise pas. Dans ce cas, il est également possible de raccorder ultérieurement deux détecteurs à une lampe. Les deux détecteurs de mouvement sont alors branchés en série. Il faut alors tenir compte du fait que les deux temps de commutation des deux détecteurs peuvent s’additionner.

    A lire également :   Coudre une housse de canapé en un clin d'œil : nos meilleurs conseils !

    Le raccordement d’un détecteur de mouvement n’est pas très difficile. Si vous souhaitez raccorder un détecteur de mouvement, vous trouverez le guide correspondant.

    Étiqueté dans :

    , ,