S’il s’agit de chasser les mésanges, seul l’effarouchement général des petits oiseaux est possible. Cela concerne alors aussi les oiseaux chanteurs, les pinsons, les merles, les moineaux et tous les autres visiteurs du jardin. On connaît une seule méthode qui permet de s’adresser concrètement aux mésanges. Pour la mettre en œuvre, il faut toutefois faire preuve d’un peu de créativité.

Effarouchement général des oiseaux

Les mésanges font partie des nombreux oiseaux de petite et moyenne taille qui se déplacent avec d’autres plumages. Pour les chasser, il faut utiliser des mesures générales qui font fuir tous les oiseaux.

Les outils classiques de défense et d’irritation suivants peuvent être utiles :

  • Papier d’étain enfilé sur une corde à linge
  • Papier aluminium en guise de fanion
  • Moulins à vent et autres carillons mobiles
  • Vieux CD montés en mobile ou en chaîne
  • Ultrasons
  • Corbeau noir factice
  • Appliquer les observations ornithologiques de la science

    Indépendamment l’un de l’autre, des chercheurs du Japon et de la Corée du Sud ont découvert que les mésanges, et tout particulièrement les mésanges charbonnières, peuvent être mises en fuite par les bruits suivants.

    A lire également :   Laque pour piano - entretien avec le bon produit

  • Bourdons
  • Sifflement des serpents
  • Les mésanges nicheuses, en particulier, prennent brusquement la fuite lorsqu’elles entendent ces bruits. Avec leur bourdonnement, les bourdons « conquièrent » les nids des mésanges pour s’y installer eux-mêmes. en France, le sifflement des serpents est plutôt négligeable en l’absence de serpents.

    Pour chasser les mésanges de manière ciblée, les enregistrements sonores de bourdons défendant leur nid sont donc utilisables. Le défi est bien sûr de les obtenir. Il est possible d’essayer de réaliser un tel matériel sonore à proximité de bourdons terrestres.

    Il est éventuellement possible de trouver des enregistrements appropriés dans l’immensité de l’Internet, comme le laisse espérer la courte vidéo suivante :

    Au lieu de chasser, proposer des nichoirs

    Une manière très discrète et douce de détourner au moins un peu les mésanges est de les déplacer sur un terrain. Les nichoirs à mésanges avec de petits trous d’accès (27 millimètres pour les mésanges bleues, 32 millimètres pour les mésanges charbonnières) sont volontiers acceptés. Si elles sont placées un peu plus loin de la maison, les mésanges sont au moins à peine audibles.

    Si l’on tend un filet de protection sur le balcon, il faut choisir des mailles de moins de deux centimètres. Au-delà de trois centimètres, les mésanges peuvent se faufiler à travers les trous et, lorsqu’elles tentent de fuir en paniquant et en battant des ailes, elles ne trouvent plus le moyen de sortir.

    A lire également :   Le robinet fuit lorsqu'on l'ouvre - premiers secours

    Étiqueté dans :

    , ,